Mots-clefs

001_donnina 180

Giovanni Merloni, J’espère que tu…, janvier 2015

Le projet d’une poésie (1)

Dans la fragile géographie
des souvenirs
des attentes
des gestes cachés,
le projet d’une poésie
s’étend
comme une langue de papier
au milieu des vêtements
et des masques
d’un amour tombé
en désuétude
jusqu’au moment où la rage
d’une vitalité nouvelle
desserre les jalousies
de la relique sacrée.

Depuis le fond d’une crypte
sentant l’oignon et le vin
mon cri a grimpé
au-delà de la trappe d’herbe
frôlant ta robe
jusque dans ton giron blanc
aux dentelles fleuries
et nous avons pris à rouler
dans la spirale infinie
d’un parchemin en colimaçon
transparent.

002_donnina part 180

Giovanni Merloni, J’espère que tu…, part. janvier 2015

Oui, tu me rends conscient
finalement
de ma naissance
de mes premiers pas
de ma courbe gaucherie d’écolier.

Oui, tu m’acceptes
finalement
au milieu d’un dessin plus vaste,
plus riche
avec des excès,
avec du gaspillage d’humeurs
et de couleurs exubérantes
et foncées.

Oui, tu me donnes,
finalement, la certitude
qu’elle nous appartient
cette vie à nous.

003_photo part

Giovanni Merloni

(1) Réécriture de ces jours, en français, d’une poésie en italien de juillet 1975 (Bologne)

TEXTE D’ORIGINE EN ITALIEN

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme les autres documents (textes et images) publiés sur ce blog.