Mots-clefs

001_tipo strano 00 pulito 180

« Je t’ai choisi ! »

Nature ennemie,
temps ennemi.
Depuis des siècles,
une cohue d’adversaires
et d’invisibles faussaires
harcelaient sans pitié
notre naïveté.

Nature taquine,
temps inouï.
Dans les plis acérés
de notre austère abri,
une route s’est ouverte,
des fleurs vertes, des violettes
fanées, distraites,
un sentier de rochers
lumineux et tranchants
contre la ligne blanche
de la mer.

002_barbès 01 180

Nature méfiante,
temps sans esprit.
Seuls, affranchis
des béquilles de la patience,
des couleurs fades
des habitudes,
nous vivions, pourtant, incrédules :
quelle hallucination,
cette conscience nouvelle,
tumultueuse,
cette étrange liberté
qu’on n’avait pas conquise
ni gagnée, comme
s’il y avait encore
une interdiction,
emprisonnant nos corps
et nos pas.

Nature amie,
temps ami.
En un seul instant,
tels des colliers de caresses,
les coïncidences et les circonstances
se sont déchaînées.

003_barbès 02 180

Nature clairvoyante,
temps inattendu.
Tes yeux passionnés,
tes bras aveuglés,
ton corps incendié
à présent recroquevillé
(drôlement,
adorablement)
près du mien
bousculent mon destin,
sans trop de secousses,
pour qu’il découvre son chemin
limpide.

Nature heureuse,
heureux temps, enclin
à l’immobilité :
ton regard de biais
en cachette m’étudie,
par la joie anéanti.

004_porte st_martin 03 180

Nature amie du temps,
elle n’a pas peur de briser
l’ordre de la vie
ni les reflets sourds
de la mort, tandis que
tes lèvres hurlent, ravies :
« Je t’ai choisi ! »

Giovanni Merloni

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme les autres documents (textes et images) publiés sur ce blog.