Mots-clefs

, , ,

001_j_480

On est au passage du J, une lettre très engageante et Joliment ambigüe, demie-voyelle et demie-consonne à la fois, pilier irremplaçable de toute Juridiction Juste, lettre aux deux visages comme Janus, qu’on pourrait accuser, bien sûr avec un brin d’exagération, d’avoir aussi une double personnalité, comme Judas…
Après quoi une frontière invisible m’attend, dans les prochains jours, au passage de l’expression « Je… » à cette « Io » transalpine qui s’affiche tout à fait différente…

002_qui quo qua 740

Cette caractéristique unique du J, l’amenant à recouvrir le rôle de Joker ou de Jongleur parmi les vingt-six lettres de l’alphabet français, a provoqué en moi des nuits pénibles, où les rêves se sont bientôt mutés en cauchemars, tandis que des Jougs verbaux oulipiens et pataphysiques se sont mêlés à des hypothèses de Jumelage aussi hasardées qu’inavouables.
Heureusement, au petit matin, après des soliloques insomniaques sans but ni souffle, je me sauvais dans la lecture de Paperino (le Donald Duck italien) avec ses trois neveux Qui, Quo et Qua (Rifi, Fifi et Loulou), rigoureusement Jumeaux, qui m’aidaient à entamer agréablement la Journée avec leur façon spontanée et tout à fait insouciante de s’exprimer ensemble :
Qui : — Est-ce que vous pensez…
Quo : — … vous aussi…
Qua : — … ce que Je pense ?

003_arbre jardin NB 740

Jadis, un Jour de Janvier ou de Juin, Je m’invitai chez Monsieur et Madame Juvara avec le but innocent de boire avec eux du Jus d’orange ou alors un verre de J & B avec une Jiclée d’eau de Seltz dans le Jardin de leur maison de la rue Jean-Pierre Timbaud.
J’étais déjà au pas de la petite porte cochère qu’on avait Joliment laissée ouverte, en train de caresser prudemment le petit Jack-Russell Terrier qui pourtant Jappait comme un doberman, lorsqu’une Jeep Jaillit d’un nuage de poussière Jaune.
— Depuis combien de Jours êtes-vous ici ? demanda Monsieur Juvara par un Je-ne-sais-quoi de Jésuite prêt à Juger, avant de m’inviter à m’installer dans le Joli salon aux fenêtres Jumelles.

004_ampoule et moulures 740

Étonné par les rideaux en Jute dérobant le rez-de-chaussée de la lueur du Jour, Je demandai tout d’abord à mon hôte si Jamais Je me trompais :
— Avant de leur montrer vos Joyaux, vous offrez toujours à vos clients une collation, n’est-ce pas ?
Sa réplique Joyeuse fut tellement rassurante :
— Je ne vous laisserai Jamais à Jeun !
que J’oubliai d’un Jet les Jumeaux d’or que J’avais laissé retomber dans la vitrine de la Joaillerie d’en face, fermée ce Jeudi-là, en raison des Jappements du Jack-Russell-Terrier.
En passant dans le Jardin, Je reconnus le mur qu’un lierre gigantesque enveloppait strictement comme un Justaucorps. « Où suis-Je ? » me demandai-Je. « J’y suis venu peut-être dans l’ère Jurassique… Pourtant je suis sûr que c’était un Jeudi de Jubilation ! »

005_montaigne sorbonne BN 740

« Qui suis-Je ? Je ne suis pas un type à la Jean Jacques R. ni un sujet à la Jean Paul S. Je n’ai aucune ambition non plus à devenir l’incarnation simultanée de Jules et de Jim. J’ai d’ailleurs deux mémoires en forme de Jumbo que je ne réussis que rarement à relier entre elles par une Jonction solide. »
En me voyant interloqué, le Joaillier en Jogging me demanda d’un air Juvénil :
— Qui êtes-vous ?
Heureusement, je n’avais pas perdu mon esprit de Jacasseur passionné du Juste milieu. J’essayai de satisfaire sa curiosité Jugulaire avec une déclaration Jurée : Je Jaillis directement d’une lignée de Joueurs de mots dont l’écrivain irlandais James Joyce est un de mes Joyaux préférés !
— Ce n’est pas votre Job, la littérature, réagit immédiatement Jason Juvara, cet homme Judicieux aux airs de Je-sais-tout. Je vous appellerais plutôt James Jouasse. Vous avez bu à la fontaine de Jouvance !
Au Juste, je ne pouvais pas lui donner tort. En ce moment précis du passage du salon au Jardin, profitant en Justesse du très exigu espace d’ombre que laissait la silhouette monumentale du Joaillier. Je considérai mes attitudes maladroites et J’y vis d’un Jet un Jumelage avec les gags de Jacques Tati dans les beaux draps de ses personnages perdants.
Mais, pour quelle raison avais-Je parlé de ma Jeunesse de Jais, ce Jeudi de Janvier ou de Juin avec ce trafiquant de pierres en Jade ? Et quelle Justification avait-il, pour s’autoriser à trancher sur la couleur de mes Joues ?

006_le jardin NB 740

Je naviguais désormais comme une barque à la dérive quand Monsieur Juvara, dans son Jargon presque incompréhensible, tout en soulignant que Je ne pouvais pas cracher dans la Jatte, m’indiqua un inconfortable fauteuil de Jonc, encastré dans une Jonchée de Jasmins.
Juxtaposé en face du mien, Juché sur une espèce de butte de grabats, un autre fauteuil attendait cette espèce de Jean Valjean en Jeans. À côté de ce véritable trône, il y avait un vieux Juke-box allumé et prêt à exploser.
Au centre du Jardin, une énorme Jarre cachait peut-être une figure mythologique, une déesse…
— Mais Je vous connais…
Où avais-je rencontré ce contradictoire Joyau ? Dans la Jungle du Jura ? Dans l’île de Jersey ?
J’avais peut-être déjà vu quelque part Madame Juvara née Javert, cette femme Joufflue, un peu Junonienne, qui dissimulait sa silhouette sous une Jupe Jaunâtre et une Jaquette Jaspée claire empêchant toute évaluation de sa Jauge. Quant au visage elle aurait pu être la Jumelle de Jeanne Moreau (dans Journal d’une femme de chambre).
Très Joliment, fredonnant des mots adaptés au Jardin — au rythme de la Javanaise de Gainsbourg —, Madame Juvara-Javert  insista pour que J’avale du Jambon de Parme avec de la bière Jugoslave, tandis que son mari, retournant brusquement vers moi sa gueule empruntée à Jean Paul Belmondo (pendant le tournage de Joyeuses Pâques), me demanda si le prochain Jeudi J’aurais été disponible pour une séance de Judo.
Excusez-moi, mais j’ai mal à la Jambe, répondis-je. Je préfère accompagner votre pièce Jointe, c’est-à-dire votre femme, Jusqu’au Jeu de Paume ou alors au Musée Jacquemart-André. D’ailleurs, quelque part dans cette Jungle hérissée de surprises, on a monté une exposition pour fêter le centenaire du peintre Jordaens. Si tout cela n’est pas de votre goût, il y a toujours la Joconde…

007_letto con baldacchino 740

Juste au passage de ce tableau, Jaillissant énigmatique dans mon rêve, Je m’aperçus que la Jupe-culotte de Madame lui allait comme un gant, tout comme sa Jacquerie contre le Joug qu’elle pâtissait au Jour le Jour :
— Je ne suis pas un Joint, je ne suis un Jouet non plus, protesta la Jeune épouse de l’ennuyeux Juvara en Jetant dans la Jarre les Jumeaux d’or que J’avais laissés dans la vitrine.
Je devinai bientôt qu’elle n’était pas vraiment vexée. En passant sa bague de Jade devant mon visage Jauni, elle me proposa, de façon paresseuse et molle — avec un ton de Jaculatoire et pourtant rougissant de Joie —, d’écouter ensemble un vieux disque de Janis Joplin « tandis que mon mari se sauve avec un roman Juvénile de Jules Verne ».

008_jolanda 740

— Jolanda, dit le mari avec emportement, révélant d’un coup une vision tranchante sinon Jacobine de l’existence… Jolanda, répéta-t-il d’un ton de moins en moins Jovial… la Jam-session est finie, et ton Jazz aussi (il flanqua un coup de pied contre le juke-box pour le faire taire)…
— Jolanda, reprit-il, la Joint-venture entre nous ce n’est pas un Jeu de rôles… Il afficha des airs hautains me rappelant de plus en plus l’attitude sévère et Juste de l’empereur Justinien dans les mosaïques de Ravenne :
— Cela n’admet pas de Justifications ni de Jacassements, continua-t-il, tu n’as pas le droit de te prendre pour une Justine quelconque ni de sortir, avec ton Juvénilisme déplacé, au dehors des Jalons qui marquent ma Juridiction !

009_lacanau NB 740

Juste à temps, Je me tournai avec une révérence de Je-m’en-foutiste vers Madame Jolanda :
— Je ne suis pas un faux Jeton, hurlai-Je. Je ne suis pas un Jusqu’au-boutiste non plus. Donc, je pars en Jamaïque !
— Trop facile, rétorqua le mari Justicier qui ne cachait plus sa Jalousie.
— Alors je vais au Japon, mais sans le Joug du Judo !

010_le due rive 740

En sortant par la grille Jacassante du Jardin, Je réfléchis à ma vie Jalonnée de conquêtes sans Jouissance, à mes Jumeaux d’or que J’avais oublié d’enlever de ma chemise, dans la hâte…
Pendant ma rentrée chez Joëlle qui m’attendait quai de Jemmapes, Je me demandais comment aurait-elle Jugé mon comportement de Judas ?
« À ton âge, tu cours encore le Jupon ? »
Tout en m’interrogeant sur les différences et les petites nuances opposant ou reliant le Jupon au Japon, je descendais parmi de Jolies vitrines discrètement illuminées, où je voyais des Jouets, un Javelot, un maillot à bandes noires et blanches pour un faux Joueur de la Juventus, glorieuse équipe italienne de foot, des Jeans empilés sur un divan de Jonc, de l’eau de Javel, des Jarretières démodées…)

011_revenant chez moi 180

Ce fut à la vision de ces sous-vêtements du temps de Jadis que je me souvins de tout.
J’aurais voulu Joindre à mon Journal intime des vers Justifiés (suivant la leçon unique de Lucien Suel), avant de le Jeter à Jamais dans le canal en face de chez Joëlle… Mais, il n’y avait pas le temps. J’étais déjà à la hauteur du glorieux Hôtel Nord et j’avais l’impression de croiser Louis Jouvet avec sa canne de pêche… Comment me Justifier auprès de mon âme Jumelle…
« Nous étions Joue à Joue, prêts à faire la Java, c’est-à-dire une véritable Jam-session pour fêter le Jumelage entre France et Italie…Nous nous étions Jetés sur un canapé Japonais… Je l’avais appelée ma Jaspe ; elle m’avait dit Jojo avant de m’appeler carrément Jules… »

012_stazioncina NB 740

Giovanni Merloni

écrit ou proposé par : Giovanni Merloni. Première publication et Dernière modification 13 septembre 2013

CE BLOG EST SOUS LICENCE CREATIVE COMMONS

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.