Mots-clefs

mathieu001 180

À quoi bon ?

À quoi bon de vivre ainsi
anxieux ou mélancoliques
enthousiastes ou désabusés
figés ou disponibles ?

Par quel enjeu ou envie
nous devons forcément cumuler des fautes
en mêlant les besoins et les désirs
la matière et le mythe
la terre fangeuse et le ciel ?

D’ailleurs, que ferions-nous
si l’on nous ôtait cet élan d’émigrants
vers tout ce qui est dehors
vers d’autres seuls comme nous
marchant sur de terres détendues
aux vagues noires et perdues ?

Nous partons donc, assurés
attirés par de péripéties inutiles
jusqu’à l’heure où le désarroi arrive
avec la sourde incapacité
le sentiment-certitude
de ne pas suffire à la besogne.

Nous partons tout en reculant
incapables de donner ni de prendre.
Tels des ballots dans la laine
aventureux et désespérés
(visionnaires renonçants)
nous comprimons à jamais
nos forces les meilleures
nos routes les plus inavouées
nos rêves les plus honnêtes.

Nous n’avons pas de refuge ni tanière
et pourtant nous demeurons encastrés à la terre
nous ne savons pas voler
et pourtant nous demeurons dans l’air
suspendus, verrouillés
à cette question hideuse :
à quoi bon ?
à quoi bon ?
à quoi bon ?

Giovanni Merloni

TEXTE ORIGINAL EN ITALIEN

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme les autres documents (textes et images) publiés sur ce blog.