Mots-clefs

001_Renfermez

Paris, Montmartre, 1961

Renfermez dans quatre lignes nettes

Renfermez
dans quatre lignes nettes
un plongeon de soleil
un soupir intense
un mélange de couleurs
et jetez là-dedans
des boucles de fumées
des traînées de cendres
des rubans de sourires.

Puis, oubliant
pourquoi vous êtes là,
essayez de vous souvenir
d’un visage
d’une silhouette
d’une fourchette
d’un paysage
qui ressemble
à vos taches de couleur
aux intimes odeurs
aux innombrables saveurs
que déjà emprisonnent
vos quatre lignes nettes
de pierre et de bois.

Vous pouvez finalement
librement y cracher
ou gentiment y couler
vos secrètes pensées
comme autant de paroles.

Mais prenez votre temps
avant d’admirer le chef d’œuvre
que votre main a fabriqué
que votre pied a traversé
que votre bouche a vomi.

Laissez-le dans une cave
dans un endroit suave
sombre et aéré
calme et protégé
loin de la portée des enfants
loin des rayons du soleil
loin de vous.

002_Renfermez

Paris, 2010

Ensuite, accordez-vous
un long sommeil.

Le jour suivant, au réveil,
sortez par la porte de service
éloignez-vous de ce délice
faites-le en riant
négligeant ce que vous aviez faufilé
dans ces quatre lignes nettes
dans ce théâtre de marionnettes
dans cette scène grandiose,
oubliez toute chose
parce que la vie est merveilleuse.

Giovanni Merloni

TEXTE ORIGINAL EN ITALIEN

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme les autres documents (textes et images) publiés sur ce blog.