Mots-clefs

001_dormeur de la rue 180

Le dormeur de la rue

Dans un coin boueux
de l’hiver
dans une bande effacée
de l’été
essayant se dérober
aux plus graves disgrâces
un frère humain

(à même la terre
à même la pierre
à même les égouts
à même les eaux
à même les urines),

vautré dans un papier d’or,
il dort.

Giovanni Merloni

Ce texte est strictement lié, pour son inspiration, à l’article Des hommes inutiles (débris de l’été 2014 n. 10)

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme toutes les autres poésies publiées sur ce blog.