Mots-clefs

, ,

Le Corbusier, la coïncidence et la soupente

Cher Giorgio, je me suis beaucoup amusé en traduisant pour mes correspondants français ta charmante poésie , justement indignée pour la mauvaise fin, dans une soupente, du pauvre Corbu…sier.

Inconsciemment, je voulais raconter dans les détail le « fait » à mes amis français. En particulier, je pensais à Nicole Peter. je ne sais pas si je le ferai…
Je fréquente toujours avec plaisir le blog de Nicole Peter, Passages, déjà en raison de son nom séduisant et accueillant aussi. Nicole Peter, à son tour, m’honore de ses visites régulières et pleines d’humour… Pourquoi utilisé-je ce terme « humour », avec ce peu d’éléments que notre « société d’inconnus fraternels » nous offre ? Je ne sais pas. C’est une intuition. Elle aime le paradoxe, tout comme moi aussi je l’aime. Elle démystifie même les colonnes portantes voire les clichés les plus enracinés dans nos esprits obéissants, par exemple Le Corbusier. Oui, elle a le courage — que j’admire, bouche bée — de dire qu’à la fameuse Ville Savoie il y a « trop blanc ». Si je pense combien d’années de timidité et de résignation avons-nous vécues dans la stricte observance de cette « clarté » qu’on ne pouvait pas mettre en discussion… devant cette « rationalité » légèrement abstraite ayant la présomption de tout maîtriser ! C’est grâce à Nicole que je me suis rendu dans le blog-encyclopédie de Giorgio Muratore, où j’ai trouvé, entre autres, un intéressant reportage sur les « larmes de Le Corbusier ». Je ne peux pas le traduire ici, mais là aussi on respire un air salutaire de désacralisation, comme dans l’article de Nicole Peter.

Archiwatch

2014-05-04-c3a0-11-12-20Trop blanc

« Carissimo Giorgio,
mi sono molto divertito a tradurre per i francesi la tua divertente poesia, giustamente indignata per la brutta fine, in un sottoscala, del povero Corbu…sier.
Inconsciamente, desideravo di raccontare più dettagliatamente il fatto ai miei amici francesi e, in particolare, a Nicole Peter. Non so se lo farò…
Frequento spesso « Passages », il blog di Nicole che mi ha sempre attirato, se non altro per il suo nome, così seducente e accogliente. Nicole, a sua volta, mi onora con le sue visite regolari e piene di humour… Perché utilizzo questo termine, « humour », visti gli scarsi appigli che questa società di fraterni sconosciuti ci offre? Non lo so. È un’intuizione. Nicole ama il paradosso, come me del resto. Ed è capace di demistificare perfino le colonne portanti, le icone che si sono più profondamente radicate nella nostra naturale propensione all’obbedienza, come Le Corbusier. Sì, lei ha avuto il…

View original post 517 mots de plus