Mots-clefs

001_respiro dell'alba 01 480

Dans l’immense soupir de l’aube 

Contre la baie vitrée
s’enchevêtrent
les couleurs gelées de l’aube.

Je me tourne et retourne
dans mes solos nocturnes
où tes tristes yeux bleus
paraissent et disparaissent
sans qu’il y ait la raison.

002_respiro dell'alba 02 480

Je me glisse sans courage
dans d’étranges voyages
tandis qu’au loin résonne
le craquement des glaces
et que j’entends le cri
qui déchire, sans oubli,
le rideau de l’automne.

003_respiro dell'alba 03 480

Étendue sur le disque,
une divine chevelure,
caressant ma figure,
me rappelle l’instant
de la danse avec elle
se figeant comme neige
au milieu d’un tournant.

« Sur les tristes balcons,
sur les bords des fenêtres,
sur les nids des pigeons
que la neige emprisonne,
mes désirs s’enchevêtrent
tandis que, sans façon,
nos deux joues s’effleurent
et nos lèvres s’empêtrent. »

004_sospiro dell'alba 480

Oui, se taisent, désormais,
dans le blanc d’un jour biais
toutes ces plaintes nocturnes.

Dans sa course, le train
va chercher la fortune
parmi des collines brunes
sur des rails bleus de neige,
entraînant de son vent
telles de voiles en cortège
des croissants blancs de lune
aux reflets d’or et argent.

Le salut
est tes gestes
dépourvus de sens.

L’adieu
est mon souffle brisé
dans l’immense
soupir de l’aube.

005_respiro dell'alba 480

Giovanni Merloni

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme toutes les autres poésies publiées sur ce blog.