Mots-clés

, , ,

Au sommet de la coupole : les Uccelli et la Valentina de Crepax, un article publié sur « archiwatch »

Dans l’esprit du partage et de la réflexion, dans l’espoir de pouvoir y revenir de façon plus fouillée, j’ai traduit ci-dessous le texte d’un article publié sur le blog de Giorgio Muratore (archiwatch) signé par Sergio43. Il s’agit d’un événement touchant de février 1968, la montée sur le sommet de la coupole baroque de Sant’Ivo alla Sapienza (siège des Archives de l’État, jadis siège de la faculté de Lettre) d’un groupe d’étudiants de la faculté d’Architecture de Rome, nommés les « Uccelli » (les « Oiseaux). Un événement de grande portée médiatique, tout à fait inhabituel pour une ville comme Rome, prometteur en lui-même d’espérances et d’investigations profondes…
G.M.

“Je tiens cette affiche dans mon cabinet. Il me fait souvenir du temps de la montée des “UCCELLI” (« OISEAUX ») sur la lanterne de Saint Ivo à la Sapienza. Guido Crepax interpréta ce geste comme désacralisant, il me semble, voilà pourquoi je garde ce témoignage comme un coup définitif de karatè tel un beau coup de pied à « l’Histoire de l’Architecture » que l’héroïne des bandes dessinées avait voulu flanquer. Même « l’Histoire de la Littérature » commença d’ailleurs, dans ces mêmes années de palingénésie, à se trouver de but en blanc mal à l’aise pour manque de héros ; Valentina supplanta Anna Karenina tandis que Charlie Brown remplaça Lord Jim. Dès lors l’Architecture occidentale, comme les pyramides, les temples, les nuraghe et les menhirs, ce n’est que pour les touristes. Même si, après les ravalements, les cathédrales sont à nouveau blanches, elles sont aussi tristement « vides ». Dès lors, « l’Histoire de l’Architecture » est devenue, comme l’avait très synthétisé Bruno Zevi, “Chroniques d’Architecture ». Et les chroniques pour avoir du succès doivent parler surtout de délits affreux. Nul la OSTA (Rien n’empêche… as-tu aimé ce mot ? OSTA ! Les gens du peuple, en entendant de mots difficiles, s’y affectionne !) Rien n’empêche de regarder, dans les futurs décennies, les nuages, les rêves, les alambics et… les beignets, comme autant de témoignages bouleversants d’époques révolues. Entre temps nous serons tous morts et les survivants erreront “on the road”. Il ne s’agira pas , [peut-être] de la “ROAD” aventureuse de quelques “easy riders” en direction des nouvelles frontières illusoires et hallucinées de Jack Kerouac mais d’une “Road” de fuite hallucinée dans le vide et dans le néant de Cormack McCarthy. Ah ! Quelle allégresse ! Mais rien de plus par rapport à ce que racontent d’autres visionnaires tels Memmo54 e Maurizio. Voulons-nous conclure avec un vers célèbre de notre Architecture Littéraire ? Voilà : “Laissez tout espoir… Vous qui entrez, jour après jour, dans le lendemain et dans l’après-demain”.

Maintenant, j’arrête avec beaucoup d’excuses et je vais voir ce que nous transmet cet objet noir et funèbre accroché au mur…….Ah ! Voilà ! Je m’en doutais ! La Méditerranée, comme une bassine d’eau qui chavire sur le côté, qui ne cesse de déverser, “on the road” ou “through the sea”, une humanité qui s’en fiche pas mal de San Pietro, du Foro Romano, des Expos, du couchant au dessus de la mer qui trahit toujours. Même de la fourmilière du jardin d’à côté, elles sont en train de sortir, bien alignées, les fourmis travailleuses en quête d’un nouvel abri. Quand j’amène mon chien en promenade, je demeure fasciné à les regarder. Rien ne les arrête, elles tondent, traçant une tranchée devant elles, l’herbe du pré. Où est-ce qu’elles sont en train d’aller ? Elles seules le savent. Certes, l’Allemagne est lointaine.”

Sergio 43

Centro Studi Giorgio Muratore

Schermata 2015-09-22 alle 17.20.40

“VALENTINA” – da Guido Crepax

« Tengo questo manifesto a studio. Mi ricorda i tempi della salita degli “UCCELLI” sulla lanterna di S. Ivo alla Sapienza.  Guido Crepax interpretò questo gesto dissacrante, a me sembra e per questo tengo questa testimonianza, come una mossa definitiva di karatè per  un bel calcio in culo a tutta la Storia dell’Architettura dato dall’eroina dei fumetti. Anche la “Storia della Letteratura” cominciò d’altronde, negli stessi anni palingenetici, a non stare tanto bene per mancanza di eroi; Valentina soppiantò Anna Karenina e Charlie Brown sostituì’ Lord Jim.  Da allora l’Architettura occidentale, come le piramidi, i templi, i nuraghi e i menhir, è solo cosa per turisti. Le cattedrali saranno anche di nuovo “bianche”, dopo i restauri, ma sono anche tristamente “vuote”. Da allora la “Storia dell’Architettura” è diventata, come ben aveva sintetizzato Bruno Zevi, “Cronache di Archiettura”. E le cronache per avere successo debbono soprattutto parlare…

View original post 241 mots de plus