Mots-clés

001_appia antica (90) 180

Roma, via Appia Antica, 1961

Une poésie primordiale 

I
Une femme se penche.
Depuis son ventre,
tel un nœud dissout,
un hurlement se déchaîne,
le même que je crachai
tout en pleurant
le jour de ma sortie
dans la vie.

Je ne saurai jamais répondre
à une question adressée à moi-même.

002_giardino aranci 180

Roma, Aventino, Giardino degli Aranci

II
J’ai embouché, en courant,
une route encastrée par les pins
(des troncs debout bien vivants
appuyés sur les sables du néant,
qui parlaient, presque,
tandis que le vent prétendait
les flanquer vers le ciel).

Glissant dans l’obscurité,
j’ai traversé
les voix des vivants et des morts,
le bruit sourd des roues,
le silence triste du vent.

En courant, je m’approche
de ta porte. Ma joue enflammée
se frotte désormais
contre ton cœur de velours.

003_aventino da sotto 180

Roma, Aventino dal Lungotevere

Derrière les pins agités,
les rambardes coupent la mer.
Une mer dictée
par un voyageur,
une mer hurlée
par un noyé,
où tu navigues, nue.

Dans le ciel sombre, la lune
surprend les ardeurs
de deux amants étrangers.
Parmi les écorces et les orties,
une odeur neuve s’effondre.
Ma longue main te prend tels un
papillon, une glycine,
une fleur d’orange.

Ô joie exterminée, tu es
arrivée !

004_discesa 180

Roma, Aventino, discesa

Giovanni Merloni

1960-1965 ambra 1966-1971 nuvola 1972-1974 stella 1975-1976 ossidiana 1977-1991 luna 1992-2005 roma2006-2014 paris

écrit ou proposé par : Giovanni Merloni. Première publication et Dernière modification 28 juin 2014

TEXTE ORIGINAL EN ITALIEN

CE BLOG EST SOUS LICENCE CREATIVE COMMONS

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.