Mots-clés

001_la nuova vita 740

(revenir à la liste du « Train de l’esprit »)

La nouvelle vie I/II (1992)

Ça commence par un pari têtu
(encore un têtu! encore un pari!)

Ça commence par les pieds
qui redeviennent véhicule
pour des arrivées et des départs
et d’autres promenades oisives
(ou des spectacles surprenants
si jamais l’on s’arrête
à regarder en bas
d’en haut des ponts de fer).

Le matin s’ouvre, juste au bord de la nuit.
Une lumière s’allumant dans la cage
du marchand de journaux. On arrive assez tôt
à la petite gare inconnue, peut-être inventée,
bien sûr créée exprès pour moi.

Le petit train s’en va glissant
parmi les dessins déchirés, effleurant
à peine le poids léger de la journée.
Par une étrange douceur il me conduit,
(ballot de laine et de mouchoirs)
vers la première lumière qui pointe
soudain de la fenêtre trempée.
002_la nuova vita 740Vacillant j’essaie de faire une liste
des villes et des lits
où je me suis couché, parfois, seul
où j’ai marché, attiré par les maisons
par les petits escaliers de pierre,
attiré même par les laids
bâtiments industriels, par les casernes en ruine,
par les manufactures de tabac
désaffectées aux abords des boulevards,
pâturées sans hâte
par des brebis au poil jauni.

Elle me surprend encore, comme une caresse
elle me fascine encore la petite fumée
qui révèle le réveil laborieux. (Je dis laborieux
même si, parfois, ici chez nous
c’est un réveil canaille, paresseux.)

Le petit train file et cahote
révélant une file de gares insoupçonnées
et une petite foule d’êtres humains
qu’on ne pouvait pas soupçonner
déjà habillés, tous prêts
à se jeter réconfortés, même privilégiés
dans l’enchevêtrement discret des escalators.

J’adore vraiment les marquises,
les gares, les escalators,
les tapis-roulants, les grands escaliers, les parapets.

Je les adore et j’en ai peur.
Attiré je me penche jusqu’au point-limite
qui sépare mon monde agité, de chair et d’os
de ce fourmillement sans angoisses
croisement cinématographique de corps
manteaux, casquettes, sacs
de ce peuple embrouillé
réveillé avec une douceur maléfique
et vertigineusement mêlé
parmi les couleurs, les odeurs
des vieux palais de travertin
que les ombres et le soleil
caressent à peine
comme un vent froid.
003_la nuova vita def 740(continue)

Giovanni Merloni

écrit ou proposé par : Giovanni Merloni. Première publication et Dernière modification 17 mai 2013

TEXTE ORIGINAL EN ITALIEN

CE BLOG EST SOUS LICENCE CREATIVE COMMONS

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.