Mots-clés

001_caravelle 180

Sortir
Me dérobant a la vue
tout en empruntant la rue,
sortir dans la cohue
comme une chanson perdue.

Sortir en haillons
me faufilant un pantalon
un chapeau sans façon
et rien que des chaussons
endossés dans l’action.

Sortir des couloirs
des cauchemars noirs
piétinant les trottoirs
arpentant le comptoir
d’un bistrot aux décors noirs.

Sortir en allégresse
de tout esprit de finesse
étreignant avec tendresse
une fausse déesse
remplacée par l’ivresse.

Sortir d’une destinée
déjà écrite, abîmée
me donnant l’air fâché.
Sortir de toute idée
fixe et bouleversée.

Sortir librement
sans changer continent
rien qu’allant et venant
par le désir ardant
jusqu’à Ménilmontant.

Sortir sans un mot
me sauvant dans un cachot
en attendant Godot
derrière une table de bureau
voilà le grand boulot

que je vais faire !

002_bibliothèque 180

Laisse tomber ces mots caducs
Essaie d’autres trucs !

Sors de l’autobiographie
Tente l’anatomie
Roule-toi dans la gastronomie
Accélérant l’utopie.
Plonge-toi dans la cacophonie
Oubliant la poésie.
Note sans jalousie
Toutes les alchimies
Inventées par boulimie
Nonchalance ou folie.

Viens donc dans l’atelier
On t’apprendra à marcher
Utilisant les gags du métier
Sans rien devoir inventer.

Derrière la poussière qui le couvre
Immense et bourré comme un Louvre
Tout un monde te s’ouvre !

À toi la liberté !

Balustrade ou rambarde
Illusion triste ou hagarde
Enfance sombre ou pénarde
Notre jeu de pure fiction
Tremplin de la déraison
Ô page blanche de l’avenir
Te fera rajeunir

!

Giovanni Merloni

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme les autres documents (textes et images) publiés sur ce blog.