Mots-clefs

 001_joli monde001 180

Joli monde

Joli monde
frôlé par les voyageurs
englouti par les nuages
malmené par l’eau et le soleil.

Joli monde
incompréhensible cocagne de jouets
incorrigible tanière d’injustices
des fois trop
des fois rien de rien.

Joli monde
unique et robuste
jamais avare
de surprises rares
lit de Procuste
fil barbelé
terrain miné
mais aussi pré
où le soldat a aimé.

Joli monde
unique au monde
qu’on a peint sur un fond
coloré et fécond.

Joli monde
tu n’arrêtes pas une seconde
ta dérive vagabonde ;
oui, tu réfléchis, par bonds
mais parfois tu surabondes
avec ton puits sans fond.

Joli monde
blond ou noir, immonde
(on est sûr qu’il est bien rond ?)
joli monde hypocondre
je veux bien lui correspondre
où sinon je m’effondre.

Joli monde
depuis les bouches d’égout
sales, ressuscitent des cohues de morts
en file indienne
la main dans la main
comme des figurines d’étain
ne faisant qu’un avec les souris
les chats et d’autres errants.

002_joli monde002 180

Jolie terre
Angleterre, Daguerre, Abbé-Pierre
terre de pommes de terre
moins de paix que de guerre
jolie terre qui lance des pierres
où mon cœur se resserre
où mon envie se désaltère.

Joli monde de terre
si je dépasse la fin des terres
une peur bleue m’atterre.

Jolie eau
je suis un poisson hors de l’eau
un évier qui coule de l’eau.

Jolie eau de ruisseau
à mon corps blanc-manteau,
joli abri sans rideaux
juste en face des châteaux
du bon vin de Bordeaux.

Joli monde d’eau,
sur mon cœur d’arbrisseau
coule un destin en lambeaux.

Joli feu
incendie doux, faible jeu
feu roque qui dure peu
joli feu devenu chef du lieu
où brûle mon petit aveu
où meurt notre adieu.

Joli monde en feu
tous les jeux durent assez peu
et mon lit brûle dans l’enjeu.

Joli air
Molière, Voltaire, Baudelaire
l’air est beau lorsqu’il fait clair.

Joli air sommaire
où je meurs du mal contraire
oubliant l’abécédaire.

Joli monde d’air :
de plus en plus balnéaire
notre vie devient moins claire.

Jolie lumière
perle rare et liminaire
épouvantail et mystère
jolie lumière qui t’a séduite
même si tu me dis « ensuite »
je ne cesse ma poursuite.

Joli monde de lumière
ces deux corps en contre-jour
ne sont pas de la poussière.

Joli silence
ambivalence de l’opulence
nonchalance de le violence
des bourdonnements en notre absence
gâchent la coexistence.

Joli silence où la fumée s’élance
dans mes bras tu es Prudence
dans ses bras tu es Présence.

Joli monde de silence
viole violons violence
où finira mon proverbial bon sens ?

003_joli monde003 180

Joli monde
de terre et de lumière
d’eau et de feu
d’air et silence.

Joli monde
sans air, en contre-jour
sous l’eau, en silence
tu perds la patience.

Joli monde de ciel et terre
tout le monde tombe à terre.

Giovanni Merloni

TEXTE ORIGINAL EN ITALIEN

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme les autres documents (textes et images) publiés sur ce blog.