Mots-clefs

tutti c'hanno da fare001

« Tutti c’hanno da fare ! » (1)

« 1978 »

Téléphoner à Nemi,
attendre le soixante-quatre,
imaginer le métro
dans le noir et le marbre
gravé d’inscriptions,
attendre l’entrée, attendre la sortie,
rire, plaisanter. Sourire,
imaginant comme nous serions
si nous n’avions que les gestes.

Téléphoner à côté, téléphoner loin,
voltigeant dans une chambre vide,
perdre le stylo
et imaginer les couleurs
où envelopper les statues mortes,
les mémoires abandonnées.
Monter les marches de chez toi,
léger, serein, juste un peu fatigué,
bien habillé, bien déshabillé.

Téléphoner depuis une cabine souillée
dans un dîner interrompu
dans un brouillard refoulé
imaginant les amours passés
qu’un corps nouveau traverse.

Téléphoner à la nuit
qui sonne toujours libre.
Se découvrir ou se couvrir
parce qu’il fait froid, même ici.

Marcher dans la ville nouvelle
sans atlas, sans le chuchotement des amis
imaginant d’être confus
imaginant d’être seul
imaginant d’être partout.

Giovanni Merloni

(1)
Tout le monde a quelques choses à faire ! On court ici et là. Des rendez-vous ratés, des sursis, des écroulements. Finalement, à la maison, on allume les télévisions et les ordinateurs (rarement les compact disc pour écouter de la musique) en se plongeant dans la routine autistique : scanner, envoyer les mails, décharger depuis internet, retoucher les photos ou les dessins avec des filtres colorés, jusqu’à la perfection. Le fragment est parfait. La femme dort — alléluia — et l’ami peintre… « Mais, que me veut-il ? Il ne lui suffit pas d’être peintre ? »

1960-1965 ambra 1966-1971 nuvola 1972-1974 stella 1975-1976 ossidiana 1977-1991 luna 1992-2005 roma2006-2014 paris

écrit ou proposé par : Giovanni Merloni. Première publication et Dernière modification 20 mai 2014

TEXTE ORIGINAL EN ITALIEN

CE BLOG EST SOUS LICENCE CREATIVE COMMONS

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.