Mots-clefs

000_cirque de la vie 180

Une petite parenthèse (juillet 1975)

Une petite parenthèse
en attendant qu’une rose
s’ouvre au soleil
tandis qu’une petite fille colorée
se peigne sans hâte.

Une petite parenthèse
consacrée aux réflexions
sereines
au milieu de tes gestes rapides
de tes bondissements bizarres
au milieu des objets
que tu fais devenir beaux.

Une petite parenthèse
en poursuivant le passage
rapide
d’une intuition
d’une volonté subtile
d’un désir urgent.

Une petite parenthèse
hors de mes arguments
dans le chaud du soleil d’hiver
dans les petits rumeurs
qui apprêtent  une fête.

Une petite parenthèse
avec toi, faufilée
dans mon blanc manteau :
sans que tu le veuilles
ni que tu le saches
tu es sincère, gaie
excitée, vive !

Une petite parenthèse
c’est notre étreinte
c’est notre enceinte
en attendant
les lumières plus nettes
d’une nouvelle rencontre
la force d’un geste
pour déchiffrer le gribouillis
d’un bizarre destin.

002_une petite parenthèse 180

Une petite parenthèse
(moi penché vers ton corps
toi courbée vers mes cheveux
ébouriffés) où nous demeurons
tous les deux
longuement suspendus
entre la couleur de l’espérance
de faire un jour
quelque chose
et la couleur de nos mains
dessinant des enchevêtrements
de corps
dans la lumière intrigante
d’une nuit fabuleuse
de contes.

Une petite parenthèse
en attendant qu’une rose
s’ouvre au soleil
tandis qu’une jeune fille colorée
se peigne sans hâte
et que deux amoureux se disent
sans trop de conviction
adieu.

Giovanni Merloni

TEXTE ORIGINAL EN ITALIEN

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme les autres documents (textes et images) publiés sur ce blog.