Mots-clés

001_le calme adieu du vent def 740

Giovanni Merloni, 1991-2013

Le calme adieu du vent 

De milliers de balayeurs
passent au-dessus
sur ces feuilles de novembre
éparpillées dans la boue
triste adieu du vent.

La nuit, surprise par les pas
se ratatine dans les pâles néons
de rares vitrines.

Ils s’en vont. Peut les voir
juste quelqu’un qui se lève
qui s’étonne avec eux
découvrant les enseignes et les murs
encore là, inchangés depuis hier.

Dieu seul sait pourquoi
oui, pourquoi se sont-ils échappés
(comme des voleurs)
de cette assez laide pension
sans vue sur la mer ?

Ce sont deux ombres difformes
au départ, qui piétinent
au milieu des feuilles
leur mutisme matinal.

Cette ambiance de la rue
ne sait devenir ni adulte ni aimable ;
il n’est ni mort ni vivant
cet amour empêché
sans lits ni toits
et vraiment sont bien vides
leurs énormes valises.

Mal assurés, zigzaguant
autour des confins de l’aube
ils s’en vont les amants
du plein air, ils s’en vont
les habitués des heures de soleil
tout en cherchant
derrière le mur de la nuit
le calme adieu du vent.

Giovanni Merloni

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme les autres documents (textes et images) publiés sur ce blog.