Mots-clefs

001_le sort d'un ex 180

Giovanni Merloni, Bonnie & Clyde à Paris, décembre 2014

Un sort « d’ex » à nous

C’est un sort noir,
celui d’un « ex- »
ex-général
ex-amant
ex-marchand de mensonges
ex-homme, ex-femme
ex-reste.

Cela va tomber mal
aussi
pour ce chant d’amour
— d’hier —
que toi et moi
nous avons traîné
comme un enfant
ou un cancer.

Si je frôle notre existence
je vois bien
qu’elle ne bouge pas du tout,
car tout est devenu figé,
même cette entente coupable
de joies douces et agréables
que nous nous fabriquions
en braves compagnons
au cours des saisons.

Tu es une ex-heureuse,
une ex-crédule,
une ex-confiante dans les merveilles
extasiées
que tu pouvais susciter.

Moi, je suis un ex-vaniteux
de l’envie extravagante
que je pouvais gagner
au cours de mes péripéties
exubérantes,
au bout de mes prouesses
en excès.

Nous sommes deux ex-vivants,
voilà la perte !

Même pour nous
ce n’est pas commode
de disparaître,
ce serait plus facile
de nous rencontrer encore
dans les vies des autres
dans leurs cravates
dans leurs impitoyables carrousels
et même dans leur chaos
exécrable.

Ce serait très facile,
mais nous mourrions
encore plus qu’à présent.
Nous partirions à jamais,
car le monde n’en veut pas
de nos miroirs
ni de notre compassion
d’ex-survivants.

En faisant semblant
de mourir à son tour,
comme une ville russe
assiégée,
le monde brûlerait
plus que jamais
ses maisons
tout autour
de nos ex-corps,
s’acharnant sans détour
contre ce sort « d’ex » à nous
devenu désormais
de plus en plus
exigu.

Giovanni Merloni

TEXTE EN ITALIEN

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme les autres documents (textes et images) publiés sur ce blog.