Mots-clés

001_rien ne reste 180

Désormais, presque rien ne me reste

Ils me confortent
ces coups de crayon
sur des feuilles à perdre
témoins récalcitrants
et involontaires
de ma capacité
disproportionnée
de raisonner ou de rêver.

Ils me consolent
les murs de cette prison
définitive
où mes désirs
se cognent
comme autant de mains
engourdies.

Il me flatte
le souvenir
de la résistance infime
de cette cloison risible
de verre ou de cellophane
qui séparait mon corps
du tien,
qui attirait
dangereusement
ma bouche haletante
contre tes lèvres
miraculeusement proches
et pourtant emprisonnées
par cette pellicule
invisible
embuée
inerte.

Elles m’apaisent
ou me bousculent
selon les jours
les souvenirs
durs à mourir
de tes contours.

Désormais, presque rien
ne me reste
au-delà de l’écho
d’une lamentation introvertie
d’un embarras affolé
d’une solitude acharnée.

Il ne me reste
que la claire perspective
d’un voyage solitaire
parmi les ivrognes
et les malheureux
s’improvisant fougueux paladins
de vaines batailles
au milieu des branches
ternes et fanés
d’un bois en carton-pâte.

Il ne me reste que cette photo
mise en pièces
brûlée, abandonnée
aux sévices du vent,
cette photo qui pourtant
ne s’efface jamais
tel un rideau flou
insaisissable
que je m’accorderais d’appeler
Amour.

Giovanni Merloni

TEXTE EN ITALIEN

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme les autres documents (textes et images) publiés sur ce blog.