Mots-clés

,

Traduire « ‘n sacco de fero » d’abord du dialecte romain à l’italien, ensuite de l’italien au français ce serait comme monter jusqu’au sommet de la tour Eiffel ou de celle de Tatline, avec la certitude de tomber en se faisant beaucoup de mal. Je peux essayer : une montagne de fer. Serait-ce irrévérencieux envers l’une (ou deux) des merveilles du monde ? Je ne sais pas. Il est sûr et certain que mon ami Giorgio Muratore, professeur émérite d’histoire de l’architecture à Rome, se moque un peu de ces « monstres » toujours projetés vers un avenir qui flotte désormais derrière nos dos vieillis.
Muratore a d’ailleurs une raison tout à fait noble et respectable à défendre. Pourquoi s’attacher à ces modèles — appartenant désormais à des époques révolues — pour proposer ou imposer — ce que fait l’architecte Massimiliano Fuksas, connu en France aussi — un nuage de fer, pour mettre en valeur (ou plutôt en crise) l’un des chefs-d’œuvre de l’architecture rationaliste italienne ?
Il aurait été mieux de laisser ce nuage libre de flotter parmi les toits de Rome, tels un cerf volant ou un drone-jouet !
Pour en savoir plus, je vous invite à suivre les liens à partir de cette image-article de archiwatch.

Centro Studi Giorgio Muratore

Schermata 2015-02-09 alle 11.09.47Tatlins-Tower

View original post