Mots-clefs

002_romamor (24) 180

Villa Borghèse

I
Rome est une sorcière hypocrite
qui dort avec nous,
une femme débraillée,
malicieuse et sauvage
qui s’allonge dans nos lits
avec le seul souci
d’épier nos étreintes.

Évitant de scruter les étoiles,
fuyant ses mauvaises pensées
qui se croisent en voiles
au-dessus des places pavées,
ma ville-antre ignore le couchant.

Rose, sereine, avenante,
ma ville-terre, mère, grand-mère et tante,
fontaine et jardin de mon cœur jaloux
elle n’a pas vu la mort.
Rome dort avec nous.

003_romamor (7) 180

II
Hier,
ignorant
l’enchantement
que nous allions violer,
nous avons frôlé
les statues de marbre
et les haies touffues, à l’anglaise,
de Villa Borghèse.

Contre les pins, de grandes girafes
aux écorces luisantes,
les lauriers agitent leurs feuilles odorantes.
En retenant le souffle, tu joues mon épitaphe
béate de m’emmener
dans les prés trempés par la rosée.

Je te suis, sans comprendre
le sens de notre réveil
sous ces ombrelles de cendre
filtrant une lueur blanche.
Dans ce silence étanche,
je ne réussis même pas
à t’effleurer la manche.

En marchant sans émoi
devant moi,
tu fredonnes la sérénité,
tu prêches la liberté,
mais dans tes yeux je ne vois pas de fierté
dans tes vœux je n’entends pas de pitié,
tu n’es qu’une ombre mensongère
de ce calme lumineux et sincère.

Dans ton respect envieux
de ce monde luxuriant, fabuleux,
fabriqué de façon insouciante
sans aucune contrainte
par des mains légères,
tu ne vois pas le gouffre ennuyeux
qui nous bande les yeux.

Étrangers à nos pas,
éloignés de nous-mêmes,
nous n’irons nulle part.

004_DSCN2092 180

004_bis_DSCN2081 180

III
Je le sais, mais se brisent
d’un bond, telles
de soudaines bêtises
mes intentions solennelles.

Tu m’appelles
du bord de la fontaine,
cachée derrière
une colonne de lierre.
De loin, tu me caresses
du vent de ton parfum
imprégné de tristesse
de musc et de pluie.

Coule ma vie, derrière toi.
Je ne suis pas sage
poursuivant sans regrets
ton sinistre sillage :

un soupir esseulé
qui m’attire pourtant
jusqu’au bout de l’allée

un salut bref, se refermant
comme une porte
au milieu des feuilles mortes

un baiser léger
sur ta bouche inanimée.

005_balla giulia part

Giacomo Balla, Valle Giulia, part.

Giovanni Merloni

Merci à Joceline T. pour sa lecture de ce texte.

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme toutes les autres poésies publiées sur ce blog.

TEXTE ORIGINAL EN ITALIEN