Mots-clefs

l'eterno femminino 740

Giovanni Merloni, 1987

Je serai dans la mer, tel un rêve lointain

Tu me racontes, essoufflée, le secret souvenir
de ton île lointaine où ton cœur s’engloutit.

Tu m’esquisses, ravie, des maisons et des roches
les contours et les ombres, que de sombres couteaux
creusent à fond, dessinant de ruelles bien étroites.

C’est un homme qui ressemble à ma sombre jalousie
l’être flou, imprégné de soleil et de sel
qui marchant et courant dans le port s’enfouit.

Toi aussi, tu t’imprègnes de l’écume de la mer
comme ce port qui t’attend et cet homme solitaire
que tes mots revenants contraindront à sourire.

Si ce port, un beau jour, te voyant arriver
s’empreindra de soleil et de barques
et tes gestes enivrés grimperont cette terre
je serai dans la mer, tel un rêve lointain.

002_freccetta-001-180

Giovanni Merloni

TEXTE ORIGINAL EN ITALIEN 

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme les autres documents (textes et images) publiés sur ce blog.