Mots-clefs

006_sanmichele 2 180

Rome

Je l’ai revue au couchant
rose
paresseuse
imposante statue lumineuse
grande dame plantureuse
au profil
lourd, démesuré

003_merulana 180

elle s’étend, infinie,
marbrée,
sur des kilomètres
d’hommes
de toits
de haillons
et de monuments

003B_tevere 180

solennelle
comme un essaim d’hirondelles
parmi les colonnes blanches

sèche
comme une feuille d’automne
s’évanouissant dans un miroir gris
avant de s’étirer, immense
sur la trainée jaune du fleuve.

002_ada 180

Je l’ai rencontrée
débonnaire et brune
les cheveux sur la poitrine

elle riait
essoufflée et chagrine
comme une femme contrariée
attendant son mari sur le pas de la porte.

003A_campo de fiori iPhoto 180

Je l’ai saluée
à chaque impasse
à chaque place
à chaque rambarde
comme un amant saluant
de longs cheveux noirs de jais
une belle bouche régulière
un sourire
un visage rose.

005_sabina 180

Je l’ai traversée de nouveau
elle était détendue
ensanglantée
agonisant sous mes yeux.

Il faisait bleu, les étoiles
jaillissant de partout.

004_cecilia 180

Rome était là
ou alors c’était toi
qui m’attendais riante au pas de la porte
chagrine
contrariée
débonnaire
immense
prête à t’envoler
au fond de la nuit.

001_romamor iPhoto 180

(Si vous voulez faire un petit « tour de Rome » à travers les images proposées, vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir)

Giovanni Merloni

Merci à Jocelyne T., qui a su ajouter sa touche d’élégance et de vérité  dans le travail de révision de mon texte.

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme toutes les autres poésies publiées sur ce blog. 

TEXTE ORIGINAL EN ITALIEN