Mots-clefs

002_1961 varie 29-3-2014 (3) 180

Une belle fille

Une belle fille
ne devrait pas regarder
un vieux comme moi.

Si l’on exclut le monde
qui nous entoure,
notre femme qui ne nous plaît pas,
notre fils qui nous déplaît
notre fille qui se bécote
avec notre fils
(je dis « notre » pour dire :
ma fille qui se bécote
avec ton fils) ;
si l’on exclut la laideur
des grains de beauté
des plaies
des rides
il ne reste que l’éclat
de « ses » yeux jeunes
il ne reste que la joie
de « sa » silhouette
lumineuse…

Et pourtant
c’est justement à cela
qu’il faut se dérober
fuyant la vie
comme si c’était la mort.

Je ne veux pas voir
ni être vu,
j’aime bien traîner
d’une ombre à l’autre,
d’une flaque à l’autre,
en me réjouissant
de mon costume gris,
en me perdant
dans les coulisses sombres
d’histoires opaques.

Mais, si l’on exclut
tous les souvenirs
des espoirs,
des hontes,
des attentes,
des baisers
désinvoltes,
maladroits,
éphémères…
que me reste-t-il
de beau
sinon regarder
la silhouette et les yeux
d’une belle fille
désinvolte,
maladroite,
éphémère ?

001_1961 une petite fille 180

Giovanni Merloni

Merci à Brigitte Célérier, qui a participé très aimablement au travail de révision de ce texte.

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme toutes les autres poésies publiées sur ce blog.