Mots-clés

003_ossidiana doppia 180

Le même enthousiasme distrait

Bien entendu, les lieux sont là
soumis à la même ombre sournoise
avec leurs images officielles,
leurs sourires hébétés
indélébiles
sous les éclairs d’une presse distraite
qui sait tout, avant d’arriver.

Bien sûr, d’autres fées
joyeuses manipulatrices
aux silhouettes charismatiques
briseront ce même air vieillot
cette même ombre courtoise.

Bien évidemment, les lieux mêmes
même s’il auront changé
même si abimés ou embellis
ils auront inscrite quelque part
notre voix chancelante
en train de vivre ou prête à mourir
au passage.

Bien volontiers j’y reviens
même si tu ne le fais pas.
Bien allègrement tu y raviras le vent
même si je ne serai pas là.

Chacune de ces pierres
et de ces plaques souillées
se souviendra de moi et de toi
imprégnés jusqu’à la moelle
du même enthousiasme distrait.

001_ossidiana 003 180

Tu as rendez-vous au centre-ville

Tu as rendez-vous au centre-ville
au bout d’une rue de boutiques allumées.

Au demeurant,
sous le soleil,
le feu dans l’estomac,
nos mains traînent
sur le bord flou
d’une étrange liberté.

Avant le couchant
les couleurs dessinent
tes formes somnolentes
s’emparant
comme autant de nébuleuses
de ton pas rapide
vers un point lointain
où je t’attends.

002_ossidiana 004 180

Petite fleur accrochée à mon costume

Petite fleur accrochée
à mon costume
coquille rose
pour mes cailloux blancs
abeille souveraine
abeille travailleuse
cigale vagabonde,
elle est ma caresse «liberty»
au milieu des bruits sourds
d’une vie
de plus en plus violente,
Ossidiana.

Giovanni Merloni

Cette poésie est protégée par le ©Copyright