Mots-clés

001_je réussis 180

Je réussis à ne pas m’effondrer

Je réussis à ne pas m’effondrer
à éviter qu’on me déchire le cœur
même si je te vois dans mon rêve
rire, t’amuser
préparant de précieuses corbeilles
d’expériences colorées
improvisées, irrésistibles
avec de bandes de copains
de jeunes guitares
d’élégants manteaux
de silencieux cheveux ondulés
dans l’obscurité d’un feu de joie.

Me plongeant dans ce rêve
virant au cauchemar
je saurais bien te suivre
par la seule imagination du cœur
comme le ferait un frère
qu’une timidité soudaine
renferme à la maison.

Par la seule télépathie de l’esprit
je pourrais te rejoindre
comme le ferait un ami
trahi sans compassion
par la fièvre et la migraine.

002_épousailles NB 180

Tu vois, je ne reste pas immobile
anéanti par l’écho
de tes sombres murmures.

Dernier rejeton
d’une patiente génération
d’artisans, bricoleurs
d’immenses miniatures,
je réussis, pendant des heures
à endurer cette séparation
cette tromperie, cette exclusion
rien qu’en me consacrant
aux paresseux gribouillis
aux châteaux de sable
aux ombres chinoises
m’aidant à bâtir
péniblement, miette sur miette
les formes appropriées
d’un nouveau stratagème.

Giovanni Merloni

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme les autres documents (textes et images) publiés sur ce blog.