Mots-clés

Bienvenus à la Ronde du 15 mars 2018 ! Cette fois-ci autour du « dialogue » ou des « dialogues ». Avec grand plaisir, j’héberge ici Marie-Christine Grimard, depuis plusieurs années collègue de Twitter et auteure du blog « Promenades en ailleurs » que j’apprécie vivement pour son regard courageux et sensible ainsi que pour son esprit de partage sincère et solidaire jusqu’au bout ! Merci, chère Marie-Christine pour ta contribution !

Dialogue de sourds

“Madame Pinto, Madame Pinto, vous oubliez votre baguette ! “
La boulangère hurle derrière son comptoir, en tendant la baguette qu’elle vient d’empaqueter vers une vieille dame qui franchit la porte sans se retourner.
Celle-ci sourit à une jeune beauté brune, arborant d’énormes lunettes noires qui entre en lui tenant la porte, et sort dans la rue.
La boulangère soupire, l’air exaspéré. Il ne faut pas qu’elle explose devant les clients, mais là, c’est la goutte d’eau. Cette journée a mal commencé, la chambre froide est tombée en panne et la jeune employée a la grippe. Si ça continue, elle va tous les planter là et aller se coucher. Elle est boulangère, pas ange gardien. Malgré elle, elle se fait du souci pour Mme Pinto, si personne n’en prend soin, elle n’ira pas loin. Elle se perd de plus en plus, dans sa monnaie, dans ses trajets, et voilà qu’elle oublie le pain qu’elle vient d’acheter !
La jeune cliente à lunettes comprend la situation, prend le pain puis rattrape la vieille dame en quelques enjambées et lui rend son bien. Elle revient un peu essoufflée, et reprend sa place dans la queue en silence. La boulangère sert les clients un par un lorsqu’arrive le tour de la jeune femme, elle lui dit :
« Merci beaucoup d’avoir porté sa baguette à Mme Pinto, je ne pouvais laisser le magasin pour le faire et mon apprentie est en maladie !

— Je vous en prie, répond la jeune femme d’une voix douce, c’était la moindre des choses.
— Détrompez-vous, les gens comme vous se font rares, réplique la boulangère, ici c’est chacun pour soi et Dieu pour personne. L’autre jour, elle a perdu son porte-monnaie dans la rue. Au moment de payer son pain, elle ne l’avait plus dans son panier, elle est repartie dans le sens inverse pour le chercher. Quelques minutes plus tard, elle est revenue, toute contente de l’avoir retrouvé au bord du caniveau. En fait, il était vide, alors que la veille, je lui avais fait la monnaie sur cinquante euros. Vous voyez, tout le monde n’a pas votre grandeur d’âme, il n’y a pas de petits profits à notre époque et les petites vieilles sont des proies faciles.
— En effet, je trouve ça lamentable ! dit la jeune femme.
— En plus, elle devient sourde comme vous l’avez vu tout à l’heure, j’avais beau hurler son nom, elle n’a rien entendu. Ce qui facilite encore le travail des pickpockets !
— Dans notre monde, les plus faibles sont écrasés. Il faut un solide caractère pour survivre au quotidien lorsqu’on a un handicap, dit-elle en ajustant ses lunettes de soleil. Il n’y a qu’un moyen, faire comme si tout allait bien.
— Vous avez raison, répond la boulangère, ce monde est intraitable pour les plus faibles. Puisque nous sommes seules, je vais vous faire une confidence. Voilà pourquoi je n’ai pas eu d’enfant, ma jeune sœur qui était aveugle de naissance a tellement souffert dans son enfance et jusqu’à sa mort prématurée, que je n’ai pas voulu reproduire cela. Je n’aurais pas supporté de donner la vie à un enfant pour qu’il souffre d’un handicap de ce genre toute sa vie. Il paraît que je suis porteuse du gène responsable. Vous vous rendez compte, comment aurait-il pu se défendre dans un monde aussi violent et égoïste.
— Je vous comprends, on n’a pas envie de voir ses enfants souffrir, mais je crois que la vie est un cadeau et que la souffrance peut passer au second plan si on est entouré d’amour.
— Sans doute… hésite la boulangère un peu déstabilisée.
— Il me semble même, insiste la jeune femme, que si l’on est poussé par des gens qui croient en vous, on peut développer des facultés incroyables, surtout à notre époque où l’on est bien aidé par la technologie, ne croyez-vous pas ?

Elle se retourne vers la commerçante, qui la regarde, dubitative. Cette jeune femme inconnue remet en question ses belles certitudes en quelques phrases. Elle réveille ses regrets aussi. Elle baisse les yeux et poursuit à voix basse, enfermée dans ses souvenirs.

— Aujourd’hui, tout est plus facile, mais du vivant de ma jeune sœur, elle était fermée dans ses ténèbres, comme un animal en cage, et j’avais beau essayer de l’aider, elle refusait…
— Je sais ce qu’il en est, répond la jeune femme, sortir de son carcan est un effort surhumain parfois. La frustration de n’avoir pas accès à un sens que tous les autres possèdent sans s’en apercevoir, nourrit la révolte ou la résignation. En fait, se servir de cette frustration pour y puiser l’énergie de vivre malgré elle, est la solution. Se dire que le ciel est d’un bleu magnifique et que les arbres chantent sur votre passage pour vous expliquer l’intensité ou la tendresse du vert de leurs feuilles, est une tournure d’esprit difficile à acquérir lorsqu’on n’a pas accès à la vision. En hiver c’est plus facile, la vie ressemble à un film en noir et blanc, les différences sont gommées…
— Vous auriez pu aider ma sœur, je crois, dommage qu’elle ne vous ait pas connue. Vous êtes psychologue peut-être ? s’enquière la boulangère de plus en plus intriguée.

La jeune femme se tourne vers la vitrine où l’on voit les arbres du quartier tendre leurs branches dénudées vers un ciel morne et gris.

— Je ne suis pas psychologue, j’ai seulement un peu d’expérience dans ce domaine et j’aurais été ravie d’aider votre sœur. Apprendre à vivre avec ce que la vie nous a donné et accepter ses manques comme une force différente, est probablement la seule manière d’être heureux lorsqu’on a un handicap à porter. Combien vous dois-je pour mon pain ?
— 2 euros 10, répond la boulangère.

La jeune femme cherche dans son porte-monnaie et lui donne l’appoint. Lorsqu’elle se penche en avant pour le ranger dans son sac, ses lunettes glissent sur le bout de son nez. La boulangère aperçoit ses prunelles et ne peut s’empêcher de pousser un petit cri de surprise. La jeune femme se redresse, remonte ses lunettes, prend son pain et sourit en se dirigeant vers la porte, qu’elle ouvre en disant :

— Nous aurons une belle journée, la grisaille se lève, regardez là-bas un petit peu de ciel bleu montre son nez derrière les nuages !
— Mais comment… commence la boulangère.
— Je sens les choses que je ne peux voir, répond la jeune femme en sortant, et souvent elles sont plus belles encore dans les vibrations qu’elles m’offrent. Votre pain, par exemple, je sais qu’il sera bon sans même l’avoir goûté. Belle journée à vous Madame. A bientôt.

La boulangère la regarde s’éloigner sans une hésitation, suivant la ligne du trottoir en regardant vers le ciel, puis se retourne sentant sur elle le regard de la commerçante, lui fait un petit signe de la main, et tourne au coin de la rue.

Texte et photo Marie-Christine Grimard

Aujourd’hui, la ronde tourne dans le sens suivant :

Marie-Noëlle Bertrand http://ladilettante1965.blogspot.fr/

chez…

Jean-Pierre Boureux http://voirdit.blog.lemonde.fr/

Jacques https://jfrisch.wordpress.com/

Elise http://mmesi.blogspot.fr/

Dominique Autrou ladistanceaupersonnage.fr

Marie-Christine Grimard https://mariechristinegrimard.wordpress.com/

Giovanni Merloni https://leportraitinconscient.com/

Dominique Hasselmann https://hadominique75.wordpress.com/

Franck https://alenvi.blog4ever.com

Noël Bernard http://cluster015.ovh.net/~talipo/

Le principe de la ronde est expliqué ici