Mots-clefs

roma - copie 180

POST SCRIPTUM

Le temps passe
sans le moindre fracas.
Le cœur en contrebasse,
le chagrin me dépasse.

Incertaines journées
que de rêves comblées
poursuivant en volée
de petites mains gantées,

la silhouette d’Odette,
la jupe d’une soubrette,
les mots doux de Colette,
une belle en bicyclette.

Mais ce n’est que faillites
qu’effusions contredites
collectionnant tous les rites
d’une solitude maudite.

Pour détourner l’impasse
j’amène sur la pinasse
une camarade de ma classe
voir voler les bécasses.

Elle est très, très jolie
quand elle danse en folie
sur la plage éblouie
songeant père et patrie.

On s’étend dans un lit
de feuilles, sans bruit.
Mademoiselle l’a promis :
je serai son mari !

002_via giulia 180

Mais le temps tôt s’arrête
sur mes vols de poète
tout de suite elle dit « bête ! »
refusant mes conquêtes.

Me plongeant dans l’angoisse
elle ne fait que grimaces
jusqu’au bout de l’impasse
où ma tête se casse.

Je part pour la guerre
sinon pour l’Angleterre
ou alors pour Nanterre
le moral à même la terre.

Au terminus de ma chasse
je vais mourir sans cuirasse
balayé comme carcasse
qu’un sale vent dépasse.

Giovanni Merloni

Cette poésie est protégée par le ©Copyright, tout comme toutes les autres poésies publiées sur ce blog.