Mots-clefs

Bienvenus à la Ronde du 15 novembre 2017 ! Cette fois-ci autour des « lettres » ou de la « lettre ». Avec grand plaisir, j’héberge ici Franck, dont on connaît le blog « à l’envi », et le remercie vivement pour sa contribution. 

Lettres à Ulysse

Ulysse, hélas est le jouet de Poséidon, l’ébranleur de la terre, qui le poursuit de sa haine pour avoir tué son fils, le cyclope Polyphème. L’Odyssée est le récit du retour d’Ulysse vers son pays, l’île d’Ithaque, les naufrages successifs, les pièges et les brimades que lui fera subir le terrible dieu des mers. Rentrant péniblement après dix ans de guerre pendant le siège de Troie, et dix autres années d’un retour contrarié, Ulysse devra encore se battre contre les prétendants qui assaillent sa femme Pénélope et pillent ses richesses en son absence, sous le regard impuissant de son fils Télémaque.

Le récit de l’Odyssée, des premiers manuscripts égyptiens aux versions médiévales plus achevées en XXIV chants que tant d’oreilles ont entendu, tant d’yeux ont parcouru, tant d’esprits ont imaginé, tant de langues ont traduit, tant de mains ont transcrit, qui a inspiré tant d’artistes.

Ulysse, de l’océan cette immanence, flotte sur le récit comme la vague au large puis disparait dans l’insondable.

Je transcris l’Odyssée à mon tour, humblement, sur une feuille de papier coton haut de gamme à grain fin. Chaque phrase lue est manuscrite, matérialisée par les lettres liées dont certaines s’élèvent et d’autres sombrent. Chaque fois que la page est couverte d’une marée de lignes, une brume blanche recouvre la page jusqu’à la prochaine marée. Ces flux d’écritures se superposent et disparaissent. Chaque lettre flotte un temps puis sombre, invisible plancton du souvenir. Ainsi le récit des aventures incroyables du sage Ulysse, le demi-dieu aux mille tours, est-il tout entier dans une page ; présence indicible, le récit est là, illisible.

Tout comme la vague se détache puis sombre dans le vaste corps de l’océan, se reforme plus loin, écume un temps, roule en houle longue et cherche une île où enfin s’épuiser, Ulysse est là, dans ce récit sans âge, attend son prochain récif où il fera naufrage, encore et encore, rêvant d’Ithaque, de Pénélope et Télémaque.

Franck

J’ai le plaisir de recevoir Franck et la chance d’écrire sur le blog de Noël Bernard que je remercie vivement pour son accueil amical.

Ainsi va la ronde aujourd’hui,

Dominique Hasselmann https://hadominique75.wordpress.com/

chez…

Marie-Christine Grimard https://mariechristinegrimard.wordpress.com/

Marie-Noëlle Bertrand http://ladilettante1965.blogspot.fr/

Guy Deflaux http://wanagramme.blog.lemonde.fr/

Dominique Autrou https://dom-a.blogspot.fr/

Hélène Verdier http://simultanees.blogspot.fr/

Jacques https://jfrisch.wordpress.com/

Franck http://alenvi.blog4ever.com/articles

Giovanni Merloni https://leportraitinconscient.com/

Noël Bernard http://cluster015.ovh.net/~talipo/?tag=noel-bernard

Jean-Pierre Boureux http://voirdit.blog.lemonde.fr/

chez DH, etc.