Mots-clefs

001_legata granello

Soixante-deux poèmes pour Ambra, « idole de la nuit »

Chers lecteurs et lectrices,
Je suis en attente d’une réponse, de la part de Caramella, que je juge très importante pour notre correspondance et pour la suite de mon engagement réel et virtuel avec notre commun passé reculé… Une époque très adaptée d’ailleurs aux chants poétiques de femmes mystérieuses comme Caramella ou carrément inexistantes sinon liées à des grains de sable… Une époque où la page blanche se voyait consacrée aux larmes désespérées tandis que la page grise, verte et rose de la réalité quotidienne ne manquait pas, au contraire, de moments inattendus d’insouciance et d’allégresse…
Je profite de cette rupture momentanée pour vous faire part aujourd’hui d’un deuxième résultat de mon engagement obscur… visant à rendre mon blog de plus en plus transparent et disponible pour une consultation mieux organique qu’avant.
Après vous avoir mis en relation avec l’ensemble des poèmes du recueil « Ossidiana », dorénavant, vous pouvez trouver ici, si cela vous intéresse, la totalité des 62 poèmes du recueil « Ambra », qu’on peut aussi lire « en continu » — renversés par rapport à l’ordre chronologique —, en cliquant sur « Ambra », le mot de passe qui figure aussi dans le « nuage » sur le côté gauche de la page d’accueil.
Je ne suis pas en condition d’encadrer « historiquement » ce groupe de poésies, adressées pour la plupart à la jeune femme qui partageait mes premières vicissitudes moins passionnées que sentimentales. Je peux simplement vous certifier que celle-ci avait de cheveux longs à la Catherine Spaak ainsi qu’un authentique humour napolitain. Elle avait tellement bien réussi, dans son but de me faire sortir de mon cocon, que parfois j’eusse frôlé la folie ou alors l’idolâtrie. Accompagnées par une certaine incrédulité de ma part, deux expressions à elle resteront sculptées dans ma mémoire. La première était au sujet de Venise, à mon avis la ville plus belle au monde, où je voudrais pouvoir me rendre au moins une fois par an, si cela était possible. Bon, pour Ambra « Venise puait, sentait l’œuf pourri… » ! La deuxième était un peu sa carte de visite : « l’exception confirme la règle ». Décontenancé par ces deux phrases, j’ai toujours résisté quant à Venise, sans pourtant réussir à la convaincre de m’y suivre… et, pour ce qui concerne l’exception et la règle j’ai essayé de suivre la règle quand elle s’attendait à l’exception, et vice-versa. On ne peut rien contre la mathématique appliquée à la vie d’un jeune homme exubérant et maladroit.
D’ailleurs, je ne peux pas considérer comme accompli mon devoir envers ce morceau encore vif et important de mon « vécu désormais révolu », appartenant à la première moitié des années 1960. L’engagement qui m’attend, comme dans le cas d’Ossidiana, ce sera surtout celui de retravailler une à une les poésies d’Ambra encore imparfaites ou inexpliquées.
Pour conclure, un petit mot sur le ©Copyright. J’ai abandonné le système Créative Commons par ce que la presque totalité des textes que je publie ici sont originaux. Je les ai assujettis à une double forme de tutelle : soit en posant le blog sous les soins de Copyright France soit en déposant les textes au fur et à mesure dans un lieu sécurisé. Donc, dans la pleine liberté de visite et de consultation, je demande à tous les visiteurs du « portrait inconscient » de respecter mes droits d’auteur des textes et des images graphiques ici publiés.

Giovanni Merloni

002_spaak - copie

Perdono, chantée par Catherine Spaak, texte et musique de Gino Paoli

ARCHIVES DE TAG: AMBRA

J’arracherai ces haillons, 1962 (Ambra n. 1)
02
Mercredi
Jan 2013

Ma vocation à la vie, 1962 (Ambra n. 2)
04
Lundi
Feb 2013

Ils vont récupérer leurs habits quittés, 1962 (Ambra n. 3)
04
Lundi
Feb 2013

Tout seul je marchais, le soleil à la nuque, 1962 (Ambra n. 4)
04
Lundi
Feb 2013

Un nuage te cache, 1962 (Ambra n. 5)
28
Jeudi
Feb 2013

Tu racontes tes souvenirs, 1963 (Ambra n. 6)
12
Mardi
Mar 2013

La cigarette, 1963 (Ambra n. 7)
15
Vendredi
Mar 2013

Les pieds sur terre, 1963 (Ambra n. 8)
16
Samedi
Mar 2013

Amour et goudron, 1963 (Ambra n. 9)
19
Dimanche
May 2013

Tu me parles d’une autre ville, 1963 (Ambra n. 10)
19
Dimanche
May 2013

Ici/là, 1963 (Ambra n. 11)
19
Dimanche
May 2013

Tu es le soleil et la pluie, 1963 (Ambra n. 12)
21
Vendredi
Jun 2013

Hier, je fouillais des cieux sales, 1963 (Ambra n. 13)
22
Samedi
Jun 2013

Rideau noir, 1963 (Ambra n. 14)
16
Samedi
Nov 2013

Au musée, 1963 (Ambra n. 15)
17
Dimanche
Nov 2013

Je ne cesse de t’aimer, 1963 (Ambra n. 16)
29
Vendredi
Nov 2013

Nous partirons un jour, 1963 (Ambra n. 17)
01
Dimanche
Dec 2013

Ma guitare a mille voix, 1963 (Ambra n. 18)
01
Dimanche
Dec 2013

Même pas une caresse, 1963 (Ambra n. 19)
01
Dimanche
Dec 2013

J’avais rêvé (Ambra n. 20)
01
Dimanche
Dec 2013

Dans l’enclos de la nuit, 1964 (Ambra n. 21)
01
Dimanche
Dec 2013

Le corps renversé dans la nuit, 1964 (Ambra n. 22)
01
Dimanche
Dec 2013

L’attente, 1964 (Ambra n. 23)
01
Dimanche
Dec 2013

L’étranger, 1964 (Ambra n. 24)
01
Dimanche
Dec 2013

Plongeons-nous dans l’incompréhension, 1964 (Ambra n. 25)
01
Dimanche
Dec 2013

Je ressemble, 1964 (Ambra n. 26)
17
Mardi
Dec 2013

Je sais que je l’aime, 1964 (Ambra n. 27)
17
Mardi
Dec 2013

Tu me parles en anglais, 1964 (Ambra n. 28)
18
Mercredi
Dec 2013

Nous attendons, 1964 (Ambra n. 29)
19
Jeudi
Dec 2013

Quand tu n’es pas là, 1964 (Ambra n. 30)
20
Vendredi
Dec 2013

L’aube rentre dans le fleuve, 1964 (Ambra n. 31)
21
Samedi
Dec 2013

Le matin gris frappe aux rideaux de fer, 1964 (Ambra n. 32)
22
Dimanche
Dec 2013

Idole de la nuit, 1964 (Ambra n. 33)
02
Jeudi
Jan 2014

Non, 1964 (Ambra n. 34)
07
Mardi
Jan 2014

Toi qui passes toute seule, 1964 (Ambra n. 35)
07
Mardi
Jan 2014

Mémoires de la plateforme (d’un bus), 1964 (Ambra n. 36)
07
Mardi
Jan 2014

Le train est parti, il nous a séparés, 1964 (Ambra n. 37)
28
Vendredi
Mar 2014

Dans le cœur sombre et noir de la rue, 1964 (Ambra n. 38)
29
Samedi
Mar 2014

Adieu, amour du vrai amour, 1964 (Ambra n. 39)
28
Mercredi
May 2014

Pour nous qui oublions toujours, 1964 (Ambra n. 40)
06
Vendredi
Jun 2014

La police défonça la porte, 1964 (Ambra n. 41)
16
Lundi
Jun 2014

« Papa est mort… », 1964 (Ambra n. 42)
17
Mardi
Jun 2014

Renfermez dans quatre lignes nettes, 1964 (Ambra n. 43)
20
Vendredi
Jun 2014

Je me joins au cortège de pas, 1965 (Ambra n. 44)
20
Vendredi
Jun 2014

Des ombres roses et célestes, 1965 (Ambra n. 45)
20
Vendredi
Jun 2014

La banlieue  allume des réverbères  démesurés, 1965 (Ambra n. 46)
20
Vendredi
Jun 2014

Vraiment personne, 1965 (Ambra n. 47)
20
Vendredi
Jun 2014

Vous, gens rusés, 1965 (Ambra n. 48)
20
Vendredi
Jun 2014

Le cirque de la vie, 1965 (Ambra n. 49)
22
Dimanche
Jun 2014

Viens, de nouveau ! 1965 (Ambra n. 50)
25
Mercredi
Jun 2014

Jour et soir, 1965 (Ambra n. 51)
26
Jeudi
Jun 2014

J’attends, 1965 (Ambra n. 52)
26
Jeudi
Jun 2014

J’ai écrit sur le rocher, 1965 (Ambra n. 53)
26
Jeudi
Jun 2014

La grotte à la forme d’oreille, 1965 (Ambra n. 54)
26
Jeudi
Jun 2014

Sur cette table, des feuilles, 1965 (Ambra n. 55)
26
Jeudi
Jun 2014

Des carrosses sous les pieds, 1965 (Ambra n. 56)
26
Jeudi
Jun 2014

Je serai un nomade, 1965 (Ambra n. 57)
22
Mardi
Jul 2014

Ne dis rien, 1965 (Ambra n. 58)
23
Mercredi
Jul 2014

Les chiens, je les rends à la pluie, 1965 (Ambra n. 59)
26
Samedi
Jul 2014

À présent, 1965 (Ambra n. 60)
29
Mardi
Jul 2014

Le calme adieu du vent, 1965 (Ambra n. 61)
29
Mardi
Jul 2014

Je te suis redevable, 1965 Ambra n. 62)
13
Mardi
Jan 2015

Giovanni Merloni

003_canale vuoto 180

Toutes ces poésies sont protégées par le ©Copyright, tout comme les autres documents (textes et images) publiés sur ce blog.

TEXTES EN ITALIEN